Le profil de goût des cafés du Costa Rica

Le Costa Rica fait partie des 15 plus grands producteurs de café au monde. Il dispose d’une riche histoire intimement reliée à l’expansion de son marché du café. Qu’est-ce qui distingue le café du Costa Rica de ceux du reste de la planète? Quelles en sont les notes de dégustation? Envolons-nous vers l’Amérique centrale.

L’histoire du café au Costa Rica

Le Costa Rica est le premier pays d’Amérique centrale à avoir produit du café à des fins commerciales. Par contre, contrairement à ce qu’on pourrait penser, il n’y avait pas de café au pays avant que des plants soient importés de Cuba, à la fin du XVIIIe siècle. La production a démarré vers le début des années 1800, et l’exportation a suivi quelques années plus tard. 

Le gouvernement, flairant l’excellente opportunité d’affaires, a grandement misé sur la culture du café pour développer le pays. On donnait gratuitement des terres à qui voulait bien y cultiver les cerises de café. La production a décollé, et le Costa Rica en entier avec elle. D’ailleurs, il est désormais impossible de parler du développement et de la modernisation du pays sans parler du café du Costa Rica: son incroyable succès international a permis au gouvernement de construire des chemins de fer, des routes hors des régions urbaines et même des centres culturels, notamment le National Theater de San Jose.

Une série d’événements ont brutalement stoppé la production de café au Costa Rica. Parmi eux, les deux Guerres mondiales. Le plus grand importateur de café costaricain à l’époque, la Grande-Bretagne, a tout simplement fermé le robinet lors de la Première Guerre mondiale. Plus tard, dans la décennie 1980, les rouilles, une maladie s’attaquant aux végétaux, a ravagé les plantations partout au pays, rendant la culture très difficile pendant les années qui ont suivi.

Plantation café Costa Rica

La culture du café costaricain de nos jours

Aujourd’hui, le Costa Rica est responsable d’environ 1 % de la production mondiale de café. Ça ne semble pas beaucoup, mais le pays d’Amérique centrale est en réalité le 15e (parfois 14e, dépendant des années) joueur mondial. Une grande majorité de cette production est faite par de petits fermiers. En effet, près de 90 % des producteurs Costaricains cultivent moins de 12 acres (5 hectares).

Le Costa Rica a tout ce qu’il faut pour être un bon producteur de café. C’est un pays à la géographie très variable, malgré qu’il soit tout petit : il dispose d’une superficie d’environ 51 100 km2. À titre de comparaison, Cuba fait environ 111 000 km2. Cette variation lui permet de produire des cafés extrêmement variés, et même de faire pousser des races de plantes expérimentales. De plus, le pays repose en grande partie sur des sols volcaniques riches et très avantageux pour la culture de cerises, et bénéficient de hautes altitudes, adorées des plants de café du Costa Rica.

Ainsi, le profil de goût des grains provenant du Costa Rica peut s’avérer très diversifié, mais règle générale, on y trouve une bonne acidité, un corps moyen et des notes florales et sucrées, mais bien présentes.

Les cafés du Costa Rica et leur profil de goût

Lorsqu’on évoque les cafés du Costa Rica, la première région qui vient en tête est le Tarrazu. C’est bien normal, étant donné qu’il s’agit de la productrice #1 au pays, renommée pour ses sols volcaniques riches aux plus hautes altitudes. D’ailleurs, les cafés cultivés dans cette région bénéficient d’une appellation commerciale. Le Tarrazu est situé en plein coeur des montagnes, et produit des cafés à acidité intense, offrant un bon corps et des arômes complexes ainsi qu’un certain côté éclatant.

Parmi les autres régions productrices, on retrouve le Tres Rios, une autre zone qui présente d’excellentes caractéristiques pour la culture de café : un sol volcanique, une haute altitude, un climat adéquat. Cela résulte en des cafés présentant une acidité et une densité fortes.

La Central Valley est une région qui subit les aléas d’une météo changeante (grandes pluies et sécheresses). Cela oblige par contre les cultivateurs à faire preuve d’imagination, ce qui peut se révéler très intéressant dans la tasse. On y cultive des cafés à l’acidité moyenne, au bon corps et au sucre présent.

La West Valley est moins connue. Pourtant, ses fermiers arrivent à produire des grains qui remportent des prix « Cup of Excellence », une distinction prisée dans le milieu. Les cafés provenant de cette région présentent une douceur sucrée et d’agréables arômes floraux.

Pour écouter notre épisode de podcast complet sur la caféiculture au Costa Rica, c’est par ici! Abonnez-vous à notre chaîne YouTube pour ne rien manquer! 

Les sources utilisées pour la rédaction: 

Pour tout savoir sur le café, abonne-toi à l'infolettre

Aucun commentaire

Partager un commentaire

X