Série Ambassadeurs: entrevue avec Lysanne Richard

Nom : Lysanne Richard

Sport : Plongeon de haut-vol

Performance sportive marquante : Elle a remporté la Coupe du monde FINA en février 2016 ce qui lui a permis d’être nommée athlète de l’année en plongeon de haut-vol de la FINA. Il s’agissait de la première fois, tous sports aquatiques confondus, qu’un athlète canadien recevait ce titre.

Lysanne Richard of Canada dives from the 20 platform during the second round of the fifth stop of the Red Bull Cliff Diving World Series, Islet Franco do Campo, Azores, Portugal on July 17th 2015. // Romina Amato/Red Bull Content Pool

Qu’est-ce que tu aimes du plongeon de haut-vol?

Le dépassement. Ce terme prend tout son sens en plongeon de haut vol, car on cherche toujours à aller plus haut et à faire plus de figures dans les airs. C’est un sport où il y a beaucoup d’adrénaline parce qu’il y a toujours une certaine peur. Il faut dire qu’il y a toujours un certain danger à s’élancer du haut des plateformes de 20 mètres. Nous ressentons beaucoup d’adrénaline lors des plongeons de haut-vol ce qui crée une certaine dépendance aux sensations fortes. C’est pour cela que j’ai toujours hâte de revivre cette sensation-là.

De quelle façon le sport t’a-t-il changé?

Pour faire ce sport, il faut avoir confiance en soi, mais à travers mes réussites en compétitions, j’ai gagné beaucoup de confiance en mes capacités comme athlète. Le sport de haut niveau m’a aussi aidé à avoir plus de confiance en moi au quotidien. L’organisation de mon temps est un grand défi pour moi et je suis très fière d’avoir réussi à combiner l’entraînement dans un sport de haut niveau et mon rôle de maman. Je me trouve chanceuse de pouvoir partager les leçons de vie que j’apprends à travers le sport avec mes enfants. Je suis heureuse qu’ils soient témoins de ma carrière. (Lysanne est mère de trois enfants : Louka 15 ans, Éli 8 ans et Flavie 3 ans.)

Lysanne Richard of Canada performs from the 21.5 metre platform during the first training session for the eighth stop of the Red Bull Cliff Diving World Series in Shirahama, Japan on October 14, 2016. // Dean Treml/Red Bull Content Pool

Que fais-tu à l’extérieur du sport?

Ma priorité dans la vie, c’est d’être maman. Ma famille passe avant tout. Ma fille adore ces cours de gymnastique et puisque ce sont des cours parents-enfants, c’est un plaisir pour moi de l’accompagner. Avec mon adolescent, nous faisons parfois des jeux d’évasion. Nous sommes une famille qui aime être à l’extérieur. D’ailleurs, nous nous déplaçons en vélo aussitôt que c’est possible. Sur le plan professionnel, je donne des conférences. J’aime beaucoup partager mon expérience et inspirer les gens. J’ai un intérêt pour les communications. J’ai eu l’occasion d’être analyste du plongeon de haut-vol à TVA sport et j’ai adoré mon expérience. J’ai travaillé dans le monde du cirque pendant 10 ans et même si le spectacle me manque parfois, je n’envisage pas d’y retourner. J’ai accompli ce que je voulais faire en cirque et pour moi, c’est chose du passé.

Quel autre sport aimes-tu pratiquer?

Nous faisons beaucoup d’activités et de sports en famille. Nous adorons faire des courses par exemple la Color Run ou des courses à obstacles comme les Spartan Race. Mon conjoint et moi aimons faire vivre des émotions fortes à nos enfants. Afin de compléter mon entraînement de plongeon, en plus de me déplacer en vélo, je fais des sessions d’Essentrics. C’est une excellente méthode pour améliorer la flexibilité, renforcir le dos, avoir une bonne posture et prévenir les blessures.

Est-ce qu’il y a un sport ou une activité que tu n’aimes pas?

Je ne suis pas très habile dans tous les sports de ballons ou de raquettes. Je suis douée pour les acrobaties, mais en général, je ne suis pas très talentueuse pour les sports.

Polignano // Dean Treml/Red Bull Content Pool

À quelle fréquence bois-tu du café?

Ça me prend absolument deux cafés par jour. Depuis que je suis maman, donc depuis 16 ans, le café fait partie de mon quotidien. À l’époque, je buvais n’importe quel café, mais depuis, mes goûts ont évolué et j’ai besoin d’un café de qualité. C’est pourquoi j’aime les produits Barista.

Comment bois-tu ton café?

J’ai une machine espresso. Je fais toujours mousser du lait chaud. Je ne bois pas de café noir.

As-tu une tasse préférée?

C’est drôle, car les seules tasses qui fonctionnent avec ma cafetière sont celles qui étaient incluses avec la machine. J’ai rapporté beaucoup de tasses de mes voyages. J’avais pris cette habitude, car ma grand-mère collectionnait les tasses. Maintenant, j’en rapporte de différents pays pour mes enfants.

As-tu vécu une expérience café marquante au Québec ou à l’étranger?

Aux Açores, à l’hôtel où nous étions logés pour une compétition, il y avait un excellent café en capsules. À mon arrivée en soirée, j’en ai bu deux tasses tellement c’était bon. J’ai ensuite eu beaucoup de difficulté à dormir. Lorsque je suis en entraînement à Montréal, je fréquente parfois le café In Vivo près de l’Institut national du sport du Québec au Parc olympique.

Lysanne a dû mettre un terme à sa saison de compétition 2017 en raison d’une blessure. Elle sera de retour sur le circuit de compétition en 2018.

Pour tout savoir sur le café, abonne-toi à l'infolettre

Aucun commentaire

Partager un commentaire

X